Connexions entre migration et militarisation

Soirée Projection, débat, rencontre autour du documentaire « Lampedusa 3 ottobre 2013, i giorni della tragedia/Lampedusa le 3 octobre 2013, les jours de la tragédie. »

 

Trois ans après leur premier travail ensemble, les associations Caffè Italia Off, Three Mothers Films et Les Concerné(e)s renouvellent leur collaboration en organisant une soirée rencontre/débat autour du documentaire « Lampedusa 3 ottobre 2013 i giorni della tragedia / Lampedusa, le 3 octobre 2013, les jours de la tragédie », le samedi 3 octobre 2015 à Strasbourg (Salle Polyvalente de l’Ecole Saint-Jean, 13 rue des Bonnes Gens, 67000-à partir de 18h) en répondant à l’appel de l’association amie de Lampedusa, « Askavusa ».

Le  3 octobre 2013, à côté du port de Lampedusa, une embarcation d’environ 540 migrants faisait naufrage, provoquant 366 morts et plus de 20 disparus. Alors que les forces de l’ordre présentes n’intervinrent pas, seuls les habitants de Lampedusa, les pêcheurs en particulier, leurs portèrent secours.

Peu de jours après cette première tragédie, le plan « Eurosur » a été voté avec une grande majorité au Parlement Européen. Ce plan de surveillance des frontières maritimes et terrestres de l’UE avec utilisation de drones a été rapidement suivi par les missions militaires de répressions «Mare Nostrum», «Triton», puis «Mos Maiorum». En effet, d’énormes et couteux moyens ont été développés, non dans le but de sauver des migrants, mais afin de repérer les embarcations pour les détourner.

Depuis cette date, les institutions italiennes et les médias, avec la Rai en tête, occultent ce qui s’est réellement passé ces jours-là, tout en valorisant le rôle des forces militaires et des institutions européennes. La Rai tourne d’ailleurs actuellement une fiction à Lampedusa, sur fond de tragédie, celle du 3 octobre

Le  3 octobre  est devenu le théâtre médiatique et politique des institutions européennes, avec une commémoration officielle financée par ces mêmes institutions italiennes, européennes ainsi que par les forces militaires italiennes, alors que tout au long de l’année, cette île est abandonnée et livrée à elle-même

A l’instar de l’ensemble de la Mer Méditerranée, Lampedusa est devenue une zone ultra-militarisée, avec la présence permanente de militaires et de radars qui nuisent directement à la santé de ses habitants, sans empêcher d’ailleurs que la Méditerranée devienne l’un des plus grands cimetières du monde, avec des naufrages d’embarcation de migrants quasiment quotidiens (Lampedusa, Sicile, Vintimille, en Grèce, en France…). C’est pourquoi ce 3 octobre 2015, nous comptons soutenir les formes de résistance développées par l’association Askavusa avec la projection, organisée en même temps dans plusieurs villes européennes, du film (sous-titré en français) “Lampedusa 3 ottobre 2013 i giorni della tragedia/ les jours de la tragédie” d’Antonino Maggiore et d’autres images réalisées par Domenico Autolitano, sur des textes lus par Salvatore La Tona et accompagnés par les musiques improvisées d’Enzo Autolitano et Dimitri Porcu et la diffusion de sons autour de l’immigration, enregistrés par Virginie Valissant-Brylinski.

Après cette projection et le débat organisés par les associations Caffè Italia Off, Three Mothers Films et Les Concerné(e)s, il est prévu de partager un repas.

Affiche-(web)